dimanche 18 mars 2018

Evénement à venir: vendredi 6 avril 21H Barre Phillips et René Bottlang

   Ce duo est un événement de plus dans la série des concerts de l’Association Le Jazz Est Là. Barre Phillips c’est le contrebassiste du célèbre « le Matin des Noirs » d’Archie Shepp avec Joe Chambers et Bobby Hutcherson enregistré au Newport Jazz Festival en 1965, acteur du quartet de Marion Brown, il enregistre en 1969 au Gill’s Club le premier album du catalogue Futura de Gérard Terronès aux côtés du pianiste Siegfried Kessler et du batteur Steve Mc Call. L’année suivante, c’est Alors ! avec Michel Portal, John Surman, Stu Martin… La liste de ses collaborations est impressionnante : Jimmy Giuffre, Lee Konitz, Paul Bley, Dave Holland… Il partage la scène avec la danseuse Carolyn Carlson. A son actif de nombreux albums solo. A plus de 80 ans, il reste un créateur infatigable, toujours à la recherche de nouvelles approches de la musique, initiant des rencontres musicales avec le collectif EMIR. Le pianiste René Bottlang, bien connu de notre public pour l’avoir reçu à plusieurs reprises, est un complice de longue date du contrebassiste. En 2011 ils se retrouvent avec l’album Teatro Museo ( label ajm!series ) en compagnie du batteur Christian Lété livrant une musique forte, dégagée des sentiers à la mode, imprégnée des nombreuses expériences de chacun d’eux. Avec ce duo, c’est une soirée exceptionnelle qui s’annonce. L’un comme l’autre ayant pratiqué toutes les formes de l’improvisation, cherchant à toujours aller de l’avant avec exigence, on peut s’attendre à une conversation libre et pleine d’inattendu entre ces deux musiciens soucieux de partager le simple plaisir musical avec le public.
RESERVATION OUVERTE 04 66 64 10 25  lejazz.estla7@gmail.com



lundi 26 février 2018

Evénement à venir : Samedi 17 Mars 21h Michel Fernandez quartet

Michel Fernandez quartet
Dans ce groupe formé en 2016, Michel Fernandez réunit des musiciens qui dans leur parcours ont chacun été imprégnés par la musique des maîtres des années 60/70 comme Don Cherry, Pharoah Sanders, Ornette Coleman….. Les compositions originales du saxophoniste sont marquées par l’empreinte de ces racines musicales mais aussi par l’énergie et les rythmes de la musique africaine ou de la musique arabo-andalouse. Clin d’œil à l’afro-beat de Fela Kuti qu’il a croisé lors de ses séjours en Afrique qu’il connaît bien, détour vers les rythmes du Maghreb, hommage à John Tchicai saxophoniste avec lequel il a travaillé, l’une de ses principales influences. Le résultat est une musique cosmopolite très expressive, souvent émouvante, parfois envoûtante dans laquelle mélodie et rythme font bon ménage, le tout assuré par quatre interprètes qui, portant ce jazz libre et énergique de main de maître, donnent souvent l’envie de bouger !

Ce n’est pas par hasard que Gérard Terronès - producteur du label Futura et Marge, disparu malheureusement en mars 2017- a produit avec Michel Fernandez le magnifique album  Brazza Cry  en janvier 2017 au sujet duquel Alex Dutilh Open Jazz France Musique déclare tout simplement :  Superbe album . François-René Simon quant à lui écrit dans sa critique élogieuse de l’album : Jusqu’au bout, l’ami producteur Gérard Terronès à l’éternel chapeau espagnol aura défendu le jazz sincère et de caractère. Le saxophoniste Michel Fernandez l’incarne ici… Jazz Magazine .  



dimanche 4 février 2018

Premier concert de jazz au Pavillon de la Culture et du Patrimoine à St Gilles : une réussite !

    Pour une première, ce fut un vrai succès, le public ravi est reparti imprégné de la magnifique musique du quartet qui a livré de bout en bout une musique dynamique, créative, loin de tout académisme, les uns et les autres se livrant à des envolées audacieuses sur des thèmes d'une grande variété avec une énergie débordante. Rien d'étonnant avec ces musiciens dont on connaît l'itinéraire ! Un superbe son a rempli pendant deux belles heures cette nouvelle salle dont le confort fut très apprécié.



lundi 8 janvier 2018

Pour bien commencer 2018, concert d'exception !



Ce trio c'est : Jobic Le Masson piano, Peter Giron contrebasse, John Betsch batterie auquel se joint régulièrement depuis plusieurs années le saxophoniste Steve Potts  alto et soprano. Les musiciens de ce groupe sont une vraie formation, ils jouent ensemble depuis des années, d'où une complicité évidente. Le pianiste, le plus jeune de la bande, regroupe autour de lui des musiciens de haut niveau et de renom international : Peter Giron  (qui s'est produit avec le bluesman Luther Allison) joue régulièrement aux côtés de Rick Margitza (ex sax de Miles Davis), John Betsch a tourné dans le monde entier d'abord dans la formation du célèbre saxophoniste Archie Shepp, puis dans le quintet de Steve Lacy. Il enregistre et joue aussi avec le pianiste Mal Waldron, grande figure de l'histoire du jazz. Quant à Steve Potts, lui aussi des années avec le saxophoniste Steve Lacy, il est aujourd'hui le saxophoniste américain, résident à Paris, qui a connu les plus grandes collaborations musicales. Son génie se manifeste par une aisance stupéfiante et par la puissance de son souffle.

Il s’agit donc d’une formation de haut vol avec des musiciens de renom 

international. Après les concerts en France, ils se rendront en Pologne, en

 Suisse et aux Etats-Unis.




   Le groupe vient d'enregistrer l'album "Song" pour le Label Enja salué par la critique. Pour présenter l'album Jean-Luc Estebe écrit : « Le trio Jobic Le Masson n'est pas un trio. C'est un montre à six mains et trois paires de pieds, une chimère jazzistique qui trace son chemin de traverse dans un paysage d'influences où se mêlent le Cool, le Be-Bop et le jazz actuel...  Ils ont joué beaucoup, souvent, longtemps, et ça s'entend..... C'est à la fois fluide et dansant, méditatif et profond, en équilibre constant sur une ligne musicale qui n'oublie jamais -en prime- de s'appuyer sur un swing aussi discret qu'élégant. Steve Potts offre à leur aventure son saxophone et son génie. »







 Le concert, pour cette fois, aura lieu dans le tout nouveau Pavillon de la Culture et du Patrimoine à St Gilles (30) 








samedi 30 décembre 2017

Disparition de deux géants du jazz

        Le mois de décembre a été marqué par la disparition de deux musiciens qui ont joué un rôle majeur dans l'avant-garde du jazz dès les années 60. Le batteur Sunny Murray et le tromboniste Roswell Rudd. Les collaborations de l'un et l'autre nous renvoient à toute cette époque du bouillonnement novateur du free jazz. Nous reviendrons ultérieurement sur la carrière de chacun d'eux.


 Le Jazz Est Là était présent en la personne de son président à la cérémonie au Funérarium du Père Lachaise où de nombreux amis musiciens sont venus dire au revoir à Sunny Murray, et pour plusieurs en musique !


jeudi 14 décembre 2017

Beau final 2017

 Belle énergie, beaucoup de swing, de dynamisme, une grande variété d'influences avec ce duo qui une fois de plus a ravi le public.
Bonne fin d'année à tous !


lundi 20 novembre 2017

Pour clore l'année : duo d'exception !


Depuis des années, ces deux musiciens font régulièrement les beaux soirs du Baiser Salé, club parisien de la célèbre rue des Lombards. Pas de routine pour autant. A chaque fois la complicité et le plaisir de jouer de ces deux talentueux musiciens sont au rendez-vous. Imprégnés chacun de tous les grands du jazz, mêlant leurs inspirations et influences diverses, c’est une musique d’un dynamisme sidérant et d’une inventivité permanente qui nous est offerte.
Mario Canonge est une légende vivante de la musique caraïbéenne, très demandé dans divers univers musicaux du fait de sa virtuosité, il est devenu un jazzman incontournable son talent de pianiste exceptionnel s’imposant à tous.
Michel Zenino conduit, parallèlement à sa carrière de sideman, des projets où il est à la fois compositeur et arrangeur, s’entourant de musiciens comme Christophe Monniot, Emyl Spanyi, Jeff Boubreaux que Le Jazz Est Là avait reçus en novembre 2016. Le public avait bien remarqué la virtuosité du contrebassiste qui se produit par ailleurs avec nombre de musiciens de talent.
La complicité de ces deux personnalités musicales leur permet de naviguer sans académisme entre tous les jazz, en toute liberté et pour le plaisir de jouer emportant les auditeurs dans leur passion communicative.
« Vivant, rythmé, varié et d’une bonne humeur » Citizen Jazz
« Une magistrale leçon de piano bop…. Un swing d’une rare intensité, servi par une mise en place d’une précision diabolique » Jazz-Mag
« En un mot….indispensable » Michel Contat Télérama
Alors ne manquez pas ce rendez-vous pour clore magnifiquement cette année de concerts 2017 !