lundi 8 janvier 2018

Pour bien commencer 2018, concert d'exception !



Ce trio c'est : Jobic Le Masson piano, Peter Giron contrebasse, John Betsch batterie auquel se joint régulièrement depuis plusieurs années le saxophoniste Steve Potts  alto et soprano. Les musiciens de ce groupe sont une vraie formation, ils jouent ensemble depuis des années, d'où une complicité évidente. Le pianiste, le plus jeune de la bande, regroupe autour de lui des musiciens de haut niveau et de renom international : Peter Giron  (qui s'est produit avec le bluesman Luther Allison) joue régulièrement aux côtés de Rick Margitza (ex sax de Miles Davis), John Betsch a tourné dans le monde entier d'abord dans la formation du célèbre saxophoniste Archie Shepp, puis dans le quintet de Steve Lacy. Il enregistre et joue aussi avec le pianiste Mal Waldron, grande figure de l'histoire du jazz. Quant à Steve Potts, lui aussi des années avec le saxophoniste Steve Lacy, il est aujourd'hui le saxophoniste américain, résident à Paris, qui a connu les plus grandes collaborations musicales. Son génie se manifeste par une aisance stupéfiante et par la puissance de son souffle.

Il s’agit donc d’une formation de haut vol avec des musiciens de renom 

international. Après les concerts en France, ils se rendront en Pologne, en

 Suisse et aux Etats-Unis.




   Le groupe vient d'enregistrer l'album "Song" pour le Label Enja salué par la critique. Pour présenter l'album Jean-Luc Estebe écrit : « Le trio Jobic Le Masson n'est pas un trio. C'est un montre à six mains et trois paires de pieds, une chimère jazzistique qui trace son chemin de traverse dans un paysage d'influences où se mêlent le Cool, le Be-Bop et le jazz actuel...  Ils ont joué beaucoup, souvent, longtemps, et ça s'entend..... C'est à la fois fluide et dansant, méditatif et profond, en équilibre constant sur une ligne musicale qui n'oublie jamais -en prime- de s'appuyer sur un swing aussi discret qu'élégant. Steve Potts offre à leur aventure son saxophone et son génie. »







 Le concert, pour cette fois, aura lieu dans le tout nouveau Pavillon de la Culture et du Patrimoine à St Gilles (30) 








samedi 30 décembre 2017

Disparition de deux géants du jazz

        Le mois de décembre a été marqué par la disparition de deux musiciens qui ont joué un rôle majeur dans l'avant-garde du jazz dès les années 60. Le batteur Sunny Murray et le tromboniste Roswell Rudd. Les collaborations de l'un et l'autre nous renvoient à toute cette époque du bouillonnement novateur du free jazz. Nous reviendrons ultérieurement sur la carrière de chacun d'eux.


 Le Jazz Est Là était présent en la personne de son président à la cérémonie au Funérarium du Père Lachaise où de nombreux amis musiciens sont venus dire au revoir à Sunny Murray, et pour plusieurs en musique !


jeudi 14 décembre 2017

Beau final 2017

 Belle énergie, beaucoup de swing, de dynamisme, une grande variété d'influences avec ce duo qui une fois de plus a ravi le public.
Bonne fin d'année à tous !


lundi 20 novembre 2017

Pour clore l'année : duo d'exception !


Depuis des années, ces deux musiciens font régulièrement les beaux soirs du Baiser Salé, club parisien de la célèbre rue des Lombards. Pas de routine pour autant. A chaque fois la complicité et le plaisir de jouer de ces deux talentueux musiciens sont au rendez-vous. Imprégnés chacun de tous les grands du jazz, mêlant leurs inspirations et influences diverses, c’est une musique d’un dynamisme sidérant et d’une inventivité permanente qui nous est offerte.
Mario Canonge est une légende vivante de la musique caraïbéenne, très demandé dans divers univers musicaux du fait de sa virtuosité, il est devenu un jazzman incontournable son talent de pianiste exceptionnel s’imposant à tous.
Michel Zenino conduit, parallèlement à sa carrière de sideman, des projets où il est à la fois compositeur et arrangeur, s’entourant de musiciens comme Christophe Monniot, Emyl Spanyi, Jeff Boubreaux que Le Jazz Est Là avait reçus en novembre 2016. Le public avait bien remarqué la virtuosité du contrebassiste qui se produit par ailleurs avec nombre de musiciens de talent.
La complicité de ces deux personnalités musicales leur permet de naviguer sans académisme entre tous les jazz, en toute liberté et pour le plaisir de jouer emportant les auditeurs dans leur passion communicative.
« Vivant, rythmé, varié et d’une bonne humeur » Citizen Jazz
« Une magistrale leçon de piano bop…. Un swing d’une rare intensité, servi par une mise en place d’une précision diabolique » Jazz-Mag
« En un mot….indispensable » Michel Contat Télérama
Alors ne manquez pas ce rendez-vous pour clore magnifiquement cette année de concerts 2017 !






mardi 26 septembre 2017

Magnifique concert de rentrée !






  Le public est venu nombreux pour découvrir la création de Michel Edelin qui a mis ses talents de compositeur au service d'interprètes de grande qualité, et dans ce bouillonnement collectif avec beaucoup de temps forts, chaque intervenant a pu livrer de grands moments d'improvisation mettant en relief chaque personnalité bien affirmée. Sophia Domancich et Sylvain Kassap, nouveaux venus pour Le Jazz Est Là ont fait grande impression.


samedi 26 août 2017

Evénement de rentrée : création "Echos d'Henry Cow" de Michel Edelin


Entouré de musiciens qui occupent une place de choix sur la scène actuelle du jazz et dont la carrière est marquée par des collaborations de haut niveau, Michel Edelin a choisi de présenter sa création au public de Le Jazz Est Là. J’ai repris quelques éléments thématiques de Henry Cow et de son avatar Art Bears, je les ai adaptés à l’instrumentation spécifique de notre quintette et accompagnés de musiques additionnelles qui introduisent, soulignent ou concluent ces références originelles. Enfin, j’ai défini des structures et écrit des arrangements destinés à servir notre orientation esthétique et à proposer aux intervenants de larges champs d’improvisation. Avec cette très belle équipe, il pourrait bien nous emmener vers des rivages musicaux hors du commun, avec cette re-lecture jazzistique d’une formation devenue « mythique » qui fut dans les années70 l’avant- garde des groupes de rock « progressifs ou alternatifs » qui se positionnaient loin de l’aliénation des circuits commerciaux, inventant une musique plus complexe, plus inventive, plus ouverte.


lundi 24 juillet 2017

Albert Ayler..... un vrai festival !